“PLANTATIONS REGISSEUR PLUS” (PRP)

Un séminaire de restitution organisé après 3 ans de projet pilote

La ville de Dabou accueille, du 12 au 14 juillet 2022, le séminaire consacré au bilan du projet “Plantations Régisseur Plus” (PRP) initié par l’Association des Professionnels du Caoutchouc naturel de Côte d’Ivoire (APROMAC), depuis le 2019.

A l’ouverture des travaux, au nom du Président de l’APROMAC, Charles-Emmanuel YACE, le 1er vice-Président de l’APROMAC, KOBLAVI-DIBI Michel, par ailleurs Président de la Fédération des organisations professionnelles agricoles de producteurs de producteurs de la filière Hévéa de Côte d’Ivoire (FPH-CI), a noté que « ce projet est très important pour l’APROMAC ». Poursuivant, M. KOBLAVI-DIBI a remercié les sociétés SAPH, TRCI, la SOGB, SCC et COOP-CA Bettié pour leur appui à ce projet pilote. Il a terminé son discours en appelant à des réflexions approfondies afin de faire du PRP un outil à appliquer à une échelle nationale.

Dans le cadre d’une présentation, la Chargée des Opérations Agricoles (COA), Mme Chantal BOKO, a fait savoir que le Programme « Aide à la création et à la gestion durable des plantations d’hévéa » de l’APROMAC est chargé de la mise en œuvre de ce concept initié en 2019 à travers trois pilotes à Touih, Serebissou et Ebikro. Selon elle, le PRP devrait « permettre de contribuer à l’amélioration de la productivité des 560.000 ha en production dont près 90% appartiennent à de petits exploitants ». Elle a noté que « plus de la moitié de ces surfaces plantées se trouvent en dehors des zones traditionnelles de culture de l’hévéa ». En conclusion, Mme BOKO a indiqué qu’il y a un véritable potentiel que les problèmes bien réels n’ont pas réussi à masquer. Elle a noté que le PRP pilote a permis de les identifier et d’en proposer les solutions pour bâtir un modèle plus robuste. Ce, malgré les problèmes rencontrés, comme témoignent les planteurs de Sérébissou, de Touih ou d’Ebikro.

Pour rappel, la Côte d’Ivoire, avec une production de plus de 1 332 000 tonnes de caoutchouc naturel en 2022, consolide son statut de premier producteur africain et se positionne au 3ème rang mondial, derrière la Thaïlande et l’Indonésie.

SERCOM APROMAC / H. N’TAH

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page