Bonnes pratiques hévéa / Une plantation mal entretenue empêche la récolte du caoutchouc

  • Affely Armel KOFFI
  • COVID19, Top Infos
  • Pas de commentaire

L’entretien des plantations d’hévéa est une étape importante dans le développement des plants. Cet entretien aura un impact significatif sur la production. Cette étape est cruciale aussi bien pour une plantation immature (pas encore en saignée) que pour une plantation en saignée.

L’entretien d’une plantation se fait depuis sa création jusqu’à sa mise en saignée. Il commence par le fauchage qui consiste à couper les herbes de la parcelle à ras le sol, jusqu’au délianage ; c’est-à-dire contrôler et couper les lianes qui se nouent autour des plants d’hévéa afin d’éviter la casse ou la déformation de ceux-ci.

Si la main d’œuvre se fait rare, le planteur d’hévéa peut faire l’entretien chimique en utilisant les produits homologués conseillés par le technicien.

Le nettoyage de la parcelle, une nécessité pour les planteurs

« Un champ qui n’est pas entretenu empêche le travail de toutes les personnes qui doivent le préparer à la saignée. Le planteur qui n’a pas sa parcelle propre, en toute sincérité, plombe son activité », nous dit Koffi Brou Ely-Marius, l’assistant de la chargée des opérations agricoles à l’Association des Professionnels du Caoutchouc Naturel de Côte d’Ivoire (APROMAC).

L’entretien consiste en effet à éliminer ou à réduire des adventices c’est-à-dire  les mauvais herbes afin de minimiser la compétition avec les plants d’hévéa.  Il permet de faciliter la saignée, le ramassage des produits et tous les travaux annexes. Le désherbage lutte efficacement contre les feux de brousse et éloigne les animaux nuisibles de la plantation.

Pour ce qui est du fauchage des lignes, il faut le faire huit (8) fois par an pour la première et la deuxième année de création et quatre (4) fois par an, la troisième et la quatrième année, selon Koffi Brou Ely-Marius de l’APROMAC.

Quant au rabattage des interlignes, il doit se faire quatre (4) fois par an, pendant les trois premières années qui suivent la création de la plantation et deux (2) fois par an, la quatrième et cinquième année de création de la plantation.

Enfin, le délianage lui, peut se faire occasionnellement en dehors des périodes d’ouvertures des lignes et de rabattage.

Les bonnes périodes pour le désherbage sont les suivantes :  La première est prévue dans la période des mois de mars et avril, après les premières pluies. La seconde phase du désherbage a lieu dans la période d’octobre-novembre. « Mais si le planteur constate qu’il y a de l’herbe, il peut procéder encore au nettoyage de sa parcelle », a conclu l’assistant de la chargée des opérations agricoles à l’APROMAC.

 

SERCOM APROMAC/SK

Auteur : Affely Armel KOFFI

Laisser un commentaire