Des plantations en danger de mort à Soubré

Yacolidabouo est un célèbre village du département de Soubré, au centre ouest de la Côte d’Ivoire. Ce village tien sa célébrité de son niveau de modernisation remarquable en zone rurale et de l’exploitation de l’hévéa, un arbre dont la sève est le principal commerce des populations.
Cependant et de plus en plus, il se constate un mode inquiétant d’exploitation des arbres, selon les spécialistes. A Yacolidabouo, « les arbres sont saigné à mort ».
Dans les règles, un arbre d’hévéa en maturité, c’est-à-dire à l’âge de sept ans, doit être saigné sous le mode de la saignée descendante. Le saigneur part du haut vers le bas. C’est ainsi pendant neuf ans, avant d’aller dans le sens contraire ; du bas vers le haut.
Par contre, à Yacolidabouo et dans les villages autour, les saigneurs exploitent les arbres dans les deux sens malgré leur jeune âge. Il est très courant d’observer des arbres aux troncs modestes, des arbres très jeunes, mais dont la saignée a déjà atteint les branchages.
Renseignements pris, les villageois affirment qu’ils tiennent cette méthode des tout premiers saigneurs venus dans leurs zones exploiter autrefois les plantations de Marcel Zadi Kessy, ex PCA du groupe CIE – SODECI. Celui-ci étant le fils le plus illustre du village, tout ce qui se pratique autour de lui est systématiquement repris par les autres.
Pour remédier à cette situation, le Fonds de Développement Hévéa (FDH) de l’APROMAC a lancé un vaste programme de formation des planteurs afin de leur donner les techniques appropriées à la pratique de la saignée de l’hévéa. Faute de quoi les plantations dans cette zones seront totalement décimées et les importants revenus provenant de l’hévéa et qui font vivre la région ne seront plus qu’un lointain souvenir.

« 1 de 4 »
Share

Souscrivez à nos Newsletter!

Enregistrez vous pour recevoir les infos et Mise à jour de la filière